Nouveaux empoisonnements en Angleterre : l’ombre de l’affaire Skripal plane sur l’enquête

6 juillet 2018

Europe, NRBCe

Deux personnes ont été retrouvées inconscientes chez elles, victimes d’une substance inconnue, à quelques kilomètres seulement du lieu où l’ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille ont été empoisonnés en mars.

Le mystère plane autour de l’hospitalisation de deux personnes retrouvées inconscientesà Amesbury, petite ville du sud de l’Angleterre, ce week-end. La tentative d’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal, il y a quatre mois à peine, est dans tous les esprits. Et pour cause : l’homme et sa fille avaient été retrouvés à quelques kilomètres de là…

Cette fois encore, les deux patients « sont dans un état critique », indique la police du comté de Wiltshire.

Considéré comme un « incident majeur », l’événement donne lieu à une enquête de la police anti-terroriste. 

Le voisinage inquiet

Sur place, les habitants accusent le coup. Les victimes, un homme et une femme, toutes deux quadragénaires, ont été retrouvées inconscientes samedi dans l’une des maisons du quartier résidentiel moderne de la ville d’Amesbury.

« Samedi, j’ai vu des camions de pompiers et des ambulances, ils ont barré la route », explique Nathalie Smyth, une voisine.

« Ils ont précisé que c’était un incident chimique, puis que c’était lié à la drogue. Certaines personnes portaient des combinaisons protectrices ».

La police avait en effet soupçonné dans un premier temps une overdose d’héroïne ou de crack. Mais des analyses complémentaires ont semé le doute quant à la nature de la substance responsable de l’empoisonnement. Aujourd’hui, toutes les pistes sont ouvertes. Des échantillons prélevés sur les lieux ont été amenés au laboratoire militaire de Porton Down pour être testés.

La zone sécurisée

Pour éviter toute contamination supplémentaire, les endroits où auraient pu se rendre les deux quadragénaires avant leur empoisonnement ont été isolés par des cordons de sécurité. La présence policière a également été renforcée sur tout le secteur, bien que l’agence de santé publique britannique ait écarté tout « risque sanitaire significatif pour le grand public ».

A Salisbury, le jardin public Queen Elizabeth Garden a été fermé par précaution, selon la radio locale Spire. La police s’est également positionnée devant l’église baptiste d’Amesbury, où les deux patients ont participé à un événement au cours du week-end.

« Nous sommes tous très perplexes et choqués », a confié le secrétaire de l’église, Roy Collins.

« Bien sûr, le lien avec Salisbury et les événements récents entraîne un intérêt public accru. Il y a des inquiétudes ».

Pas de lien établi entre les deux affaires

En effet, c’est à une dizaine de kilomètres de là que Sergueï Skripal, alors âgé de 66 ans, et sa fille Ioulia, 33 ans, ont été victimes d’une tentative d’empoisonnement le 4 mars, un incident attribué par le Royaume-Uni à la Russie et qui a entraîné une crise diplomatique.

Le commissaire Angus Macpherson, chargé de l’enquête, s’est néanmoins voulu rassurant. Interrogé sur la BBC, il a indiqué qu’il « n’y a pas de raison de penser que cette affaire soit liée » à l’affaire Skripal.

Dans le cas des Skripal, le poison utilisé serait un agent innervant de la famille des Novitchok. Le nettoyage chimique de la zone contaminée, qui s’étend sur neuf sites distincts, pourrait durer « un certain nombre de mois ».

https://sudouest.fr

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Espritconfidences |
Aletheia14 |
Meditation36 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UN DIFFERENT
| Portfolio Enseignement 2016
| Frenchtouchinengland